Et si le silence était utile …


Dans le monde actuel où le bruit est omniprésent, où nous sommes assaillis par la prolifération de bruits, de sonneries, de conversations via portables, de musiques d’ambiance … le silence est bien souvent ressenti comme synonyme d’ennui ou perçu comme un malaise.

Pourtant, nous connaissons tous la force des silences en musique où les espaces « vides » permettent de mettre en valeur ce qui vient ou va être joué.

Interrogeons-nous sur ce soi-disant «vide» du silence. Car dans ses Pensées Pascal affirme que « c’est dans le divertissement* que l’homme se perd et dans le silence qu’il se trouve ». Par ce silence, Pascal n’évoque pas quelque chose d’extérieur à l’homme mais une réalité qui serait constitutive de son être spirituel.

« Ce n’est pas la parole qui me découvre le monde, c’est dans l’écoute silencieuse des choses du monde que j’atteins la parole », nous dit Rousseau dans ses promenades. D’une certaine manière, le silence remet la parole à sa vraie place et nous avertit que l’essentiel qu’elle veut exprimer n’est pas de l’ordre de l’expression.

Dans nos accompagnements, nous utilisons de plus en plus souvent le silence, qui permet à nos coachés de se tourner vers ce qui les touche vraiment, loin du brouhaha extérieur et des bavardages intérieurs.

Et si nous prenions le temps de faire silence chaque jour, ne serait-ce que cinq minutes, pour commencer ?

*Le divertissement de Pascal ne signifie pas le fait de s’amuser ou se distraire mais le fait de se détourner ou ne pas se consacrer à l’essentiel.

#motivation #coaching #coachingdedirigeants #travail