Le poids des mots



Adaptabilité, excellence, challenge, mobilités douces, sobriété heureuse… Autant de mots qui recouvrent des concepts flous, voire vides. Notre vocabulaire évolue en fonction des époques et des modes.


Orwell dans son roman « 1984 » parle de « Novlangue». Plus on diminue le nombre de mots d’une langue, plus on diminue de nombre de concepts avec lesquels les gens peuvent réfléchir. Le langage n’est pas neutre et comme le soulignent les linguistes, il structure la pensée. On pense donc en fonction du langage que nous connaissons et dont bien souvent, on nous rabâche les oreilles.


Penser demande de la disponibilité et du temps.


Mais penser c’est avant tout une question de :


- méthode avec des règles pour organiser les idées


- liberté intérieure, pour s’autoriser à avoir des options différentes de celles des autres


- culture pour appréhender un langage permettant de penser de manière précise.


Quant au temps nécessaire, il dépend de la manière dont nous souhaitons organiser le nôtre.


Et si nous prenions chaque jour du temps pour penser !



#Engagement #coachingdedirigeants #Coaching #IVBA